Comprendre la RT 2012

RT 2012, pourquoi ?

Depuis le 1er janvier 2013, tous les bâtiments neufs (ou parties neuves de bâtiments) doivent répondre aux exigences de la Réglementation Thermique 2012.

http://www.projetvert.fr/wp-content/uploads/2011/12/normes-rt-2012.png

Elle vise l’objectif de limiter la consommation d’énergie primaire des logements à 50kWh/m2.an en moyenne grâce à une conception bioclimatique et un bâti énergétiquement performant. Elle s’inscrit ainsi parfaitement dans la logique de réduire les consommations d’énergie du secteur du Bâtiment, 1er poste de consommation d’énergie et de production de gaz à effet de serre en France.

3 exigences globales

  • le Bbiomax ou besoin bioclimatique maximal

Le coefficient Bbio, est calculé par la soustraction de l’apport gratuit de chaleur (chaleur humaine, chaleur du soleil, effet joule des équipements en marche) aux pertes enregistrées (pertes naturelles par fuite énergétique et besoins des usagers) et il est exprimé en points. Il définit une exigence d’efficacité énergétique du bâti et donc une limitation du besoin en énergie pour les 3 postes de chauffage, refroidissement et éclairage artificiel. Il valorise une forte performance thermique de l’enveloppe du bâti (forte isolation thermique) et une conception bioclimatique (apports solaires, éclairage naturel). Il s’agit par exemple de prévoir le garage au nord (espace tampon) ou l’orientation des baies vitrées au sud. Le Bbiomax reflète l’impact de la conception du bâtiment, encourage son optimisation indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre.

Pour chaque projet de construction, une étude thermique indiquant que le Bbio du projet est inférieur ou égal au Bbiomax est exigée dès le dépôt du permis de construire.

  • le Cepmax ou consommation énergétique maximale

L’exigence de consommation maximale Cepmax définit la consommation maximale à ne pas dépasser dans un bâtiment au cours de l’année. 5 postes sont pris en compte pour son calcul : le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, les éventuels systèmes de climatisation, l’éclairage du bâtiment et les systèmes auxiliaires. La consommation conventionnelle d’énergie du bâtiment pour ces postes doit être inférieure ou égale à une consommation maximale de 50 kWhep/m².an en moyenne. Cette obligation de consommation maximale d’énergie primaire est modulable suivant le type du bâtiment, la localisation géographique, l’altitude, la surface moyenne du logement, et selon les émissions de gaz à effet de serre des énergies utilisées.

  • la Ticréf

L’exigence de confort d’été Ticmax définit une valeur maximale, aux alentours de 26°C, de la température intérieure conventionnelle (Tic : température maximale atteinte à l’intérieur du bâti lors d’une séquence de 5 jours consécutifs de forte chaleur). L’exigence d’efficacité minimale du bâti Bbiomax imposant une conception bioclimatique optimale, il est considéré que les bâtiments RT 2012 peuvent en général se passer de systèmes de climatisation afin de maintenir la Tic du bâtiment inférieure à cette Ticmax.

Exigences de moyen

  • Recours aux énergies renouvelables en maison individuelle
  • Traitement des ponts thermiques
  • Traitement de l’étanchéité à l’air (test de la porte soufflante)
  • Surface minimale de baies vitrées (1/6 de la surface habitable)
  • Mesure ou estimation des consommations d’énergie par usage
  • Prise en compte de la production locale d’électricité en habitation (Cepmax + 12 kWhEP/m²/an)
Ne pas confondre énergie Primaire et énergie Finale:

La réglementation thermique 2012 exprime des exigences en énergie primaire. L’énergie finale (kWhEF) est la quantité d’énergie disponible pour l’utilisateur final, celle inscrite sur la facture. L’énergie primaire (kWhEP) est la consommation nécessaire à la production de cette énergie finale.

Par convention, du fait des pertes liées à la production, la transformation, le transport et le stockage :

 

Étapes administratives RT 2012

Attestation dépôt du permis de construire

Le document à établir au dépôt de la demande de permis de construire permettra de s’assurer :

  • de la prise en compte de la conception bioclimatique du bâtiment au plus tôt du projet grâce au coefficient Bbio, gage d’atteinte d’un niveau de performance énergétique élevé,
  • que la réflexion sur les systèmes énergétiques a été engagée, et en particulier le recours aux énergies renouvelables, en indiquant des éléments de conclusion de l’étude faisabilité des approvisionnements en énergie.

Test d’infiltrométrie

Le test d’étanchéité devra être effectué à la fin de la construction. Il permettra de vérifier les fuites d’air du bâtiment. Ce coefficient trouvé par l’opérateur de test d’étanchéité sera envoyé au bureau d’étude thermique pour qu’il mette à jour son étude (le coefficient est inconnu au moment de l’étude RT 2012, il est donc estimé).

Attention, pour cette étape, il faudra sélectionner une entreprise indépendante de celle qui vous a réalisé l’étude thermique (voir notre article à ce sujet).

Attestation de fin de chantier

Elle permettra de s’assurer du respect de l’étude thermique RT 2012, en vérifiant :

  • les trois exigences de résultats de la RT 2012 (besoin bioclimatique, consommation d’énergie primaire, confort d’été),
  • la cohérence entre l’étude thermique qui a été conduite et le bâtiment construit en vérifiant certains points clés (production d’énergie, étanchéité à l’air du bâtiment, énergie renouvelable, isolation) par un contrôle de documents (factures, preuves d’achat).

Les commentaires sont fermés.